Bimensuel des affaires et de veille économique pour les décideurs

Présidence de la Commission de la Cedeao : Les griefs qui avaient scellé le sort de Marcel De Souza

Entré en fonction à la présidence de la commission de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), le 4 juin 2016, en remplacement du burkinabé, Désiré Kadré Ouédraogo, l’économiste béninois, Marcel Alain De Souza, a fait un petit tour puis s’en va ! Et pourtant, il aura bien aimé se voir renouvelé pour deux autres années supplémentaires, son mandat ; comme cela est de coutume, du reste. Les chefs d’Etat en ont décidé autrement.
En effet, pas question pour eux de s’accommoder, deux années supplémentaires, de « cet électron un peu trop libre ». Et pour cause, d’abord sans avoir pris leur avis, il se serait permis de convier le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu à la 51ème session à Monrovia en juin 2017, entraînant l’annulation par le Maroc de sa participation, -elle, prévue normalement, le dossier de la candidature du Royaume à la Cedeao devant être examiné au cours de cette rencontre. Crime de lèse-majesté !

Fausse « assurance » au Maroc
Comme si cela ne suffisait pas, grief est également fait à Marcel De Souza et sa Commission d’avoir laissé accroire au Royaume Chérifien que le 52ème sommet tenu à Abuja (Nigeria), le 16 décembre 2017, prendrait une décision définitive positive pour son adhésion à l’organisation. Fort de cette « assurance » une très forte délégation marocaine aurait investi les couloirs du sommet, pour savourer ce qui devait être une victoire diplomatique, du pays. Cette dernière va très vite se rendre à l’évidence que, de position ferme sur le dossier d’adhésion de leur pays, il n’en sera rien de concret. Une autre bourde qui finira par sceller le sort du Président -et des membres de la Commission dont les mandats sont expirés pour la plupart!
La présidence de la Commission de la Cedeao, attribué à la Côte d’Ivoire, dans une logique alphabétique, – après le Bénin ayant succédé au Burkina Faso et le Cap-Vert n’étant pas à jour de ses cotisations-, lors de cette 52ème session ordinaire sera assuré par l’économiste Jean Claude Kassi Brou, ministre de l’Industrie et des Mines de la Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.